Portrait social 2014 de l'Insee : quel est le logement type des Français ?

Publié le par Guillaume Bort dans Toute l'actualité du Fioul

Logements à Paris

L’Insee a publié le 19 novembre son bilan annuel sur la situation sociale des Français, intitulé « France, portrait social 2014 ». Plusieurs thématiques sont analysées notamment le niveau de vie, l’emploi, la santé, ou encore les conditions de vie des Français. Le logement est un des aspects étudiés par l’institut de statistiques.

Des résidences principales en augmentation par rapport aux résidences secondaires

L’étude révèle que parmi les 37,7 millions de logements en France comptabilisés au 1er janvier 2014, soit une augmentation de 1,1% par rapport à 2013, le parc de logement est composé à environ 83% de résidences principales, soit l’essentiel du parc. Parmi ces logements, qu’ils soient principaux ou secondaires, 7% d’immeubles sont chauffés au fioul en France.

Répartition des résidences principales et secondaires en France

Le nombre de résidences secondaires et de logements occasionnels est de son côté en baisse depuis une dizaine d’années. En effet, ils représentaient 9,9% du parc de logement en France en 2002 alors qu’en 2014 ils sont 9,2%. En revanche, le nombre de logements vacants est en hausse, passant de 6,9% en 2009 à 7,9% en 2014.

Le nombre de propriétaires en France s’est stabilisé depuis 2009

Alors que la part de ménages propriétaires de leur résidence avait augmenté entre 2000 et 2009, de 55,6% à 57,6%, elle s’est depuis stabilisée et reste donc à 57,6% cette année.

Au niveau de l’endettement, plus de 70% des propriétaires n’ont plus de charges de remboursement d’emprunt pour leur logement. 

Des logements de plus en plus grands mais avec moins d’occupants

D’après l’étude de l’Insee, les logements sont de plus en plus grands en France. En effet, en 1978 les logements avaient une surface moyenne de 77m2 alors que depuis les années 2000 ils dépassent les 90m2. Cette augmentation s’explique principalement par l’agrandissement de la surface des maisons individuelles. Celle des appartements reste quant à elle stable.

La superficie des logements s’agrandit, mais le nombre de résidents dans un même logement diminue pourtant. En 1984, chaque logement était occupé en moyenne par 2,7 personnes et 2,2 personnes en 2012. Le nombre de personnes résidant dans un même logement devrait par ailleurs encore diminuer et atteindre les 2,0 personnes en 2030, selon les projections de l’Insee.

Des conditions de vie qui s’améliorent mais un confort encore incertain

17,6% des ménages sont logés dans le secteur social, cette part a diminué légèrement depuis 10 ans, tandis que celle des locataires du secteur privé reste stable, à environ 22%. Les conditions de vie concernant le logement se sont de plus améliorées. En effet, 99% des logements métropolitains disposent de l’eau chaude, d’une installation sanitaire : douche ou baignoire, ou encore de WC intérieurs. En 1984, 15% des logements n’avaient pas ce confort. Ils sont 51,2% à déclarer ne pas avoir de difficultés de logement, parmi 9 critères présentés : surpeuplement, absence de toilettes, de salle de bains, logement trop petit, humide ou bruyant, des difficultés à se chauffer, l’absence d’eau chaude ou de chauffage. Ils étaient 45,2% en 2005, soit une augmentation de 6% de satisfaction.

Cependant, le confort n’est pas total même en 2014. Les Français rencontrent des difficultés à se chauffer : 6,7 millions de logements, soit 24% des logements français sont considérés comme trop cher ou trop difficiles à chauffer. Environ 5% de logements ne disposent pas de chauffage central ou électrique en 2012. Au niveau des conditions, 12% des habitations subiraient des fuites dans leur toiture, des sols ou des murs humides ou encore des traces de moisissures au sol ou sur le bord des fenêtres. Les factures énergétiques ne cessent pourtant d’augmenter, pour tout type de chauffage comme le gaz, l’électricité ou encore le fioul.

Articles susceptibles de vous intéresser :

>> Enquête ADEME : la consommation d’énergie diminue mais les factures augmentent

>> Paris lance le plus grand programme de rénovation thermique pour le logement privé en France

>> L’Anah va débloquer 68 millions d’euros supplémentaires pour combattre la précarité énergétique


Commentaires
Aucun commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *