Menu

Pétrole : pourquoi la facture de fioul devrait augmenter en 2017

Publié le par Emmeline Guiragossian dans Actualité pétrole

puits-petrole

Accord des pays producteurs, hausse de la demande, programme du nouveau président des Etats-Unis Donald Trump…l’actualité sur le pétrole est riche en ce moment mais tout semble indiquer une augmentation des cours prochainement.

Tous les pays producteurs de pétrole s’unissent pour la première fois depuis quinze ans (enfin presque)

Le 30 novembre, les pays membres de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) ont conclu un accord exceptionnel pour baisser leur production. Cette décision prendra effet à partir de janvier et ce pour 6 mois reconductibles. L’Iran, la Libye, ainsi que le Nigeria sont cependant exemptés de cette baisse.

 EN SAVOIR PLUS : Accord de l’OPEP sur la production de pétrole : le prix du fioul augmente

D’autres pays producteurs qui ne font pas partie de l’OPEP se sont par ailleurs joints aux efforts mis en place par le cartel. Onze pays ont répondu à cet appel : la Russie, le Mexique, le Kazakhstan, la Malaisie, Oman, l’Azerbaïdjan, Bahreïn, la Guinée équatoriale, le Soudan du  Sud, le Soudan, ou encore Brunei. Une baisse de 558 000 barils par jour est prévue, c’est un peu moins que les 600 000 espérés par l’OPEP mais cette décision marque le premier accord commun entre les deux camps depuis 2001.

 

 

Un comité de surveillance de l’accord présidé par le Koweït et la Russie, composé de trois pays de l’OPEP ainsi que de deux non membres sera mis en place pour s’assurer le respect de l’accord par tous les pays. A noter l’absence des Etats-Unis dans ces accords, qui semble faire cavalier seul et augmenter leur production (plus de détails à la fin de cet article).

La prévision d’une plus forte demande en 2017 accentue les espoirs de rééquilibrage

L’AIE (Agence internationale de l’énergie) a revu à la hausse ses prévisions sur la demande de pétrole pour 2017 en raison d’une réévaluation des consommations russe et chinoise. Cette annonce accentue donc les prévisions sur l’évolution du cours du pétrole pour l’an prochain.

Selon une analyse du cabinet Lipow Oil, le baril de pétrole pourrait évoluer aux alentours de 60 dollars, voire atteindre 70 dollars dans la deuxième partie de l’année 2017.

 

 

L’AIE a précisé que « Si l’OPEP et les pays non-OPEP mettaient strictement en oeuvre leur accord de réduction de la production, les stocks mondiaux commenceraient à baisser durant le premier semestre de l’an prochain » . Le marché pétrolier pourrait donc bien être sur la voie d’un rééquilibrage en 2017.

Une hausse nuancée par le pétrole des Etats-Unis ?

Si les pays producteurs de pétrole se sont mis d’accord, les Etats-Unis pourraient néanmoins nuancer la hausse des prix. En effet, la décision de l’OPEP de baisser sa production fait les affaires de Donald Trump, nouveau président des Etats-Unis, qui souhaite augmenter la production de pétrole de schiste, surtout canadien, afin d’exporter plus et de ne plus dépendre du pétrole des autres pays producteurs.

 

 EN SAVOIR PLUS : Trump élu président des Etats-Unis : conséquences sur le prix du fioul en 5 questions clé.

 

 

Les Etats-Unis commencent déjà à profiter de la situation en expédiant près de 7 millions de brut américain en Asie au mois de décembre, ce qui était difficile avant avec la concurrence des prix des pays producteurs du Moyen-Orient ou de la Russie. La hausse récente des prix due à l’accord des pays de l’OPEP permet en effet de rentabiliser le transport du brut américain.

On peut se demander si des pays producteurs influents comme l’Arabie Saoudite vont respecter leur décision de baisser leur production jusqu’au bout en risquant de laisser l’avantage aux Etats-Unis.

Toutefois, le prix du pétrole augmente progressivement depuis début 2016 : en effet, il passe de 30 dollars le baril de Brent (référence pour le prix du pétrole en Europe) à plus de 50 dollars en fin d’année. Preuve que le cours du pétrole évolue à la hausse alors qu’il était en chute libre depuis 2014 en raison d’une surabondance de l’offre et d’une demande insuffisante. Une augmentation du cours pétrole en 2017, conjuguée à la hausse de la fiscalité sur le fioul dès le 1er janvier, pourrait très fortement peser sur la future facture de fioul de Français, en  particulier ceux qui se chauffent au fioul domestique.


Commentaires
Aucun commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *