L’OPEP + renouvelle son accord : vers une augmentation des prix du fioul au deuxième semestre 2019

Publié le par Emmeline Guiragossian dans Actualité pétrole

Les 14 pays membres de l’OPEP (OPEC en anglais) et ses 10 partenaires se sont réunis lundi 1er et mardi 2 juillet à Vienne et ont décidé de renouveler leur accord sur la réduction de production de pétrole, jusqu’en mars 2020. Le prix devrait donc repartir à la hausse pour la deuxième moitié de l’année.

Pourquoi l’OPEP a décidé de renouveler son accord ?

Mis en place en décembre 2016 pour lutter contre la surproduction de pétrole et le déséquilibre face à la demande plus faible, l’accord avait déjà été renouvelé plusieurs fois. La dernière version de cet accord a débuté en début janvier pour une durée de six mois. L’OPEP et ses partenaires s’étaient engagé à baisser leur production de 1,2 million de barils par jour. A l’issue de cette période, il était donc question pour l’OPEP+ de décider de la suite.

Or, malgré la baisse de production du cartel et des sanctions américaines contre l’Iran, le cours du Brent a chuté ces derniers mois, passant de 75 dollars fin avril à 60 dollars en mi-juin. En effet, la demande toujours au ralenti, la croissance économique chinoise en difficulté en raison d’une guerre commerciale avec les Etats-Unis et la production américaine de pétrole de schiste toujours abondante ont influencé le marché plus que la baisse d’offre de l’OPEP. L’Agence internationale de l’Energie (AIE) a même revu à la baisse ses prévisions sur la demande mondiale. C’est cette situation qui pousse les pays exportateurs d’or noir à poursuivre ses efforts sur sa production, estimant que la demande n’est pas encore suffisante et ne souhaitant pas que l’offre soit de nouveau excédentaire.

De plus, un prix élevé convient à certains pays, notamment l’Arabie Saoudite qui a besoin d’un baril au-dessus de 70 dollars pour équilibrer son budget et la Russie qui se dit satisfaite d’un prix du Brent entre 60 et 65 dollars. L’Algérie, l’Iran, le Nigéria et le Venezuela restent en difficulté car ces pays ont besoin d’un baril à plus de 100 dollars.

Création d’une charte de coopération permanente qui unie l’OPEP et la Russie

Lors de la réunion, l’OPEP+ a décidé de mettre en place une charte, engageant de manière plus officielle les membres du cartel et leurs partenaires qui depuis 2016 l’étaient de manière informelle.

Cette charte permettra de faciliter les échanges entre les pays concernés par l’accord sur les quotas de production, « donnant l’occasion de rencontres régulières pour surveiller le marché, mais également pour réagir si nécessaire » précise Alexandre Novak, ministre russe de l’Energie. Le ministre saoudien de l’Energie explique que pour intervenir plus efficacement sur l’offre il était nécessaire d’intégrer plus concrètement « l’influence d’autres pays producteurs que les seuls membres de l’OPEP ». En effet, l’OPEP constitue moins de 30% de la production mondiale et la Russie est le deuxième pays producteur de pétrole, après les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite.

Par cet accord, l’OPEP et la Russie cherchent à unir leurs forces pour faire bloc face aux Etats-Unis qui produisent du pétrole de schiste en grande quantité. Cette charte a été validée à l’unanimité bien que l’Iran était au départ contre une coopération permanente et critiquait le rapprochement entre l’Arabie Saoudite et la Russie. Elle sera par ailleurs ouverte à d’autres pays producteurs.

Vers un retour du prix du fioul à 1 euro le litre d’ici la fin de l’année ?

L’accord est renouvelé pour neuf mois, le prix du fioul pourrait donc fortement augmenter ce deuxième semestre de l’année et il est probable qu’il atteigne de nouveau 1 euro le litre, comme en octobre dernier. D’autant que le gouvernement pourrait reprendre sa hausse de la taxe carbone, qui avait été exceptionnellement supprimée en 2019 face au mouvement des gilets jaunes.

Par ailleurs, en période estivale, la demande de pétrole a tendance à s’accentuer en raison d’une forte activité due aux déplacements pour les vacances. Si l’offre baisse alors que la demande augmente, la hausse des prix souhaitée par les exportateurs de pétrole devrait décupler.

Le conseil FioulReduc : Avec le renouvellement de l’accord de l’OPEP sur les quotas de production, le prix du fioul risque d’être plus élevé à la rentrée. Profitez des prix encore bas pour faire le plein maintenant !


Commentaires
Aucun commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies (ou autres traceurs) stockés par votre navigateur, qui nous permettent de vous proposer des offres et services personnalisés. En savoir plus