Le prix du fioul au plus bas depuis 3 ans – semaine du 22 au 26 septembre 2014

Publié le par Guillaume Bort dans Evolution du prix du fioul

Graphique d'évolution des prix du fioul au 26 septembre 2014

Le prix du fioul est à nouveau en baisse cette semaine et atteint de nouveaux records ! Il faut remonter à mi-août 2011 pour atteindre un niveau de prix similaire. Malgré la baisse surprise des stocks de bruts aux Etat-Unis, le dollar est fort face aux autres devises, il contient les prix et pénalise l’attractivité du pétrole sur les marchés provoquant une baisse des cours.

Le prix du fioul n’a plus été aussi bas depuis août 2011

Le cours du fioul s’établit en moyenne à 0,839€ par litre pour une livraison de 1000 litres de fioul ordinaire cette semaine sur FioulReduc, en baisse de 7 euros par rapport à la semaine du 15 au 19 septembre. Un tel prix n’avait plus été observée depuis mi-août 2011. La tendance à la baisse des prix amorcée depuis la mi-septembre se poursuit donc cette semaine malgré un fort recul des stocks de brut aux Etats-Unis qui a pesé à la hausse sur le prix du pétrole, mais grâce à la vigueur du dollar face aux autres monnaies provoquant au global une baisse des prix.

Facteurs de baisse des prix cette semaine

Facteurs de baisse

1. Hausse du dollar par rapport aux autres devises qui a pesé sur la demande mondiale

2. Crainte des investisseurs sur la vigueur de la demande mondiale en pétrole

 

 Facteurs de hausse des tarifs cette semaine

Facteurs de hausse

3. Prime de risque géopolitique ajoutée au prix après les frappes américaines en Syrie

4. Recul surprise des stocks pétroliers aux Etats-Unis

Retrouvez en fin d’article une analyse plus détaillée des facteurs de l’évolution du prix du fioul cette semaine.

Quelle évolution du prix du fioul pour les semaines à venir ?

L’évolution des cours du fioul reste assez incertaine pour les jours à venir. Les prix sont encouragés par la révision à la hausse des chiffres sur la croissance américaine, dans un contexte de vives tensions au Moyen-Orient. De plus, le renforcement du dollar pèse sur les prix des matières premières rendant plus cher leur achat, limitant l’attractivité de la demande. Cette demande qui reste un sujet de préoccupation en Europe où un nouvel indicateur est venu alimenter ces craintes vendredi 26 septembre ; avec le premier recul depuis 20 ans de la confiance des consommateurs allemands selon le baromètre GFK.

Dans ce contexte d’incertitude, les prix du fioul restent volatils mais les indicateurs annoncent une possible reprise des cours pour les semaines à venir.

Faut-il commander du fioul maintenant ?

Conseil d'achat de fioul

La période est propice à l’achat de fioul, pour quatre raisons :

Les prix sont bas : moins de 0.840€ par litres en moyenne, il faut remonter jusqu’à 3 ans pour avoir un niveau de prix aussi bas.

Lévolution des prix du fioul est très incertaine, l’offre est abondante et la demande mondiale incertaine mais la situation en Moyen-Orient demeure critique et l’OPEP prévoit d’ajuster la production pour maintenir les prix.

L’hiver va arriver rapidement apportant fraîcheur, surtout en matinée. Par exemple, les prévisions météo anticipent 10°C le matin la semaine prochaine à Strasbourg. Une fois la cuve remplie, vous êtes tranquilles pour un bon moment.

Les livreurs de fioul ont davantage de disponibilités actuellement qu’à l’arrivée des premières périodes de grand froid où beaucoup de personnes se chauffant au fioul commanderont simultanément.

Évolution détaillée des cours du fioul cette semaine

1. La hausse du dollar cette semaine a fortement pesé sur la demande mondiale. En effet, Le dollar a atteint jeudi 25 septembre un des plus hauts niveaux depuis deux ans face à l’euro (à 1,2697 dollar pour un euro) et un niveau les plus élevé depuis six ans face au Yen. Les achats de brut se négociant en dollar, une monnaie américaine forte est plus coûteuse et moins attractive pour les acheteurs avec d’autres devises. L’indice dollar, qui mesure la valeur de la devise américaine face à un panier de devises a atteint des seuils les plus élevés depuis quatre ans.

2. Le marché de l’énergie en baisse pénalisé par des craintes sur les prévisions de demande mondiale, notamment en Chine contrairement à l’offre de brut qui est abondante. Le Brent subit la désaffection des acheteurs, les investisseurs redoutent que la croissance chinoise ne soit trop pas assez soutenue pour stimuler l’économie et donc la consommation de pétrole.

3. Les frappes américaines près de raffinerie en Syrie se sont répercutées sur les cours du pétrole avec une prime de risque pesant sur le cours.

4. On note cette semaine, un recul net et inattendu des stocks pétroliers aux Etats-Unis. Contrairement aux attentes des investisseurs, le département de l’Energie américaine a annoncé un recul de 4,3 millions de barils de pétrole aux Etats-Unis alors que les experts anticipaient une augmentation de 500 000 barils.


Commentaires
Aucun commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *