Journée mondiale de l’environnement : tous concernés par l’avenir de notre planète

Publié le par Guillaume Bort dans Economies d'énergie

 

Journée Mondiale de l'environnement 2014

Le 5 juin 2014 est la journée mondiale de l’environnement. Cette journée a pour vocation d’attirer l’attention du grand public sur l’impact du réchauffement climatique, l’objectif étant de parvenir à contenir la hausse des températures à moins de 2°C par rapport à l’ère pré-industrielle.

Pour ce faire, et dans le cadre de la Convention cadre des Nations Unies sur les Changements climatiques, il s’agit de réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre de moitié d’ici 2050, par rapport à celle de 1990. L’enjeu de la réduction des gaz à effet de serre est mondial et les effets du réchauffement climatique sont nombreux : perturbation des écosystèmes, des productions agricoles en baisse, la montée du niveau des océans, des risques sanitaires accrus, etc.

La France représente moins de 2% des émissions mondiales de dioxyde de carbone

Au niveau mondial, la France ne pèse finalement que très faiblement puisqu’elle représente à peine 1,5% des émissions mondiales de CO2. D’ailleurs en France, les émissions de CO2 sont principalement le fait du secteur des transports et de l’agriculture.

Le secteur du transport représente 27 % des émissions de gaz à effet de serre (GES), ce qui en fait le premier secteur émetteur en France rapporte le Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie. L’agriculture quant à elle représente 21% des émissions françaises. A eux deux, le transport et l’agriculture représentent donc près de la moitié des émissions françaises.

Le chauffage au fioul contribue peu aux émissions de gaz à effet de serre

Les secteurs résidentiel et tertiaire représentent quant à eux seulement 17,5 % des émissions directes totales de la France en 2011. Quand on sait par ailleurs que seules 16% des habitations françaises sont chauffées au fioul domestique, on prend conscience que l’énergie fioul ne contribue finalement que marginalement aux émissions de gaz à effet de serre. Une réduction significative des émissions françaises passe par une politique proposant des mesures efficaces et ambitieuses pour le secteur des transports et de l’agriculture.

D’où viennent les gaz à effet de serre ?

Répartition des sources d'émission de GES

Répartition des émissions des gaz à effet de serre par secteur d’activités en France en 2008 (source ADEME)

Les acteurs du fioul domestique doivent contribuer à la lutte contre le réchauffement de la planète

Bien que ne contribuant que faiblement aux émissions françaises de gaz à effet de serre, le fioul domestique ne peut se dédouaner et doit contribuer à son échelle à l’effort national et mondial. Ainsi l’ensemble de la filière industrielle innove et apporte de nouvelles solutions :

  • Améliorations du rendement des chaudières, notamment les chaudières à condensation, permettant de réduire la consommation en énergie (une réduction jusqu’à 35% indique l’ADEME)
  • Amélioration continue de la qualité du fioul domestique, avec pour résultats une réduction de 80% des émissions de NOx, une division par 8 de celles de dioxyde de soufre et par 20 celles de monoxyde de carbone
  • Investissements de la profession en vue de favoriser l’isolation des logements et améliorer ainsi la performance énergétique des bâtiments (à noter entre autres, la participation du pétrolier TOTAL au programme « Habiter mieux », et les actions du côté des professionnels de la distribution de fioul dans le programme des Certificats d’économies d’énergie)
  • Achat groupé entre consommateurs permettant de réduire les coûts de transports des distributeurs de fioul et donc leur empreinte carbone
  • Sensibilisation des consommateurs de fioul domestique aux éco-gestes en vue d’avoir une consommation raisonnée et préserver nos ressources

Tout le monde peut contribuer à préserver notre planète

Journee-mondiale-de-l-environnementCes nombreuses actions, à l’initiative notamment des professionnels de la filière, vont permettre de réduire significativement la consommation en fioul domestique des ménages, et ainsi de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

La journée mondiale de l’environnement, célébrée chaque année le 5 juin, est donc finalement l’occasion de rappeler que les actions doivent être collectives et que chacun, à son échelle, peut contribuer à rendre notre monde meilleur pour les générations futures.

L’énergie est notre avenir, économisons là !


Commentaires
Aucun commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *