Financer l’isolation de son logement et le remplacement de sa chaudière avec le rachat et le regroupement de crédits

Publié le par Emmeline Guiragossian dans Fioul'Pratique : conseils & astuces

L’amélioration de son habitat devient un enjeu incontournable pour réaliser des économies d’énergie mais aussi pour préserver un certain standing dans son logement. Les normes actuelles tendent à devenir plus drastiques. Pour le moment les propriétaires bénéficient d’aides (avec l’Anah), mais bientôt les incitations se transformeront en obligation. Comment préparer des projets d’amélioration de son logement ? Comment le financer sans pénaliser son mode de vie ? C’est ce que nous vous proposons de voir dans cet article.

L’inaction, piège inévitable pour les propriétaires

En France, plus de 90% des logements méritent une intervention pour améliorer leur isolation. Cette situation est un véritable enjeu autant pour les propriétaires que les primo-accédants mais aussi pour les occupants de leur logement. Aujourd’hui, un logement gourmand en énergie fait fuir les acheteurs potentiels ce qui ralentit son cycle de vente car il nécessite de lourds travaux. Pour le moment le diagnostic de performance énergétique, bien qu’obligatoire lors d’une transaction, informe simplement de l’état général du bien mis en vente.

Jusqu’ici, les normes se contentent d’analyser la teneur en plomb, la présence d’amiante ou la bonne tenue de l’installation électrique. Une mutation de ces normes en obligations risque tôt ou tard de se produire ce qui va compliquer les transactions de la même manière que les contrôles techniques pour les voitures. Dans ces conditions, agir reste la seule option pour les propriétaires qui espèrent revendre leur bien en lançant des projets de rénovation. Par ailleurs, l’Anah intervient à juste titre puisque les propriétaires peuvent bénéficier de subventions mais aussi d’un prêt à taux zéro sous certaines conditions.

Financer des travaux d’isolation et de remplacement de chaudière

Avec l’augmentation régulière du prix de l’énergie, la baisse des charges passe par des chantiers d’amélioration de l’habitat. Cette stratégie donne l’occasion de revaloriser son patrimoine, ce qui facilite son entretien et les coûts qui en découlent. Le problème se pose quant au financement des travaux car en général ce type de chantier n’en demeure pas moins coûteux. De plus, dans le cas d’un logement mis en location, le propriétaire doit penser au relogement de leurs occupants (ce qui implique une baisse des loyers) au-delà d’un certain seuil de jours de travaux atteint. Ce moment entraîne une réduction du reste à vivre des propriétaires ce qui pose la question de ses modalités de financement.

Toutefois, des mécanismes financiers existent pour organiser ses finances le temps de la réalisation des travaux.

Comment fonctionne le regroupement de crédit ?

Le regroupement de crédits intervient à ce titre comme un moyen pour faciliter le renouvellement de sa chaudière ou l’application d’isolants sans entraver le budget du foyer.

La plupart des ménages possèdent par ailleurs plusieurs crédits ce qui, avec l’accumulation, grignote leurs marges de manœuvre. En regroupant leurs emprunts, les propriétaires peuvent alors réunir en une seule mensualité à un taux unique des emprunts immobiliers mais aussi des crédits à la consommation. Par ailleurs, le montant des mensualités peut être revu à la baisse en raison de l’allongement de la durée de remboursement du crédit. En outre, les ménages peuvent demander une somme allouée dans leur regroupement afin de financer les travaux nécessaires.

En ce qui concerne les propriétaires investisseurs, le renouvellement de leur chauffage donne droit à des aides de l’anah. Pour profiter de ce coup de pouce, un financement s’avère souvent nécessaire. Pour accélérer la rénovation du parc immobilier français, le regroupement de crédits agit autant pour le logement principal que pour les immeubles de rente.

En synthèse, repousser les travaux peut coûter, au final, plus cher. En effet, durant tout ce temps, compter uniquement sur la baisse du prix de l’énergie risque d’être long. Une fois les chantiers réalisés, les propriétaires bénéficient directement des économies sur plusieurs années. À long terme, bien qu’un financement ait été engagé, ils percevront une réduction de leur coût de chauffage, et ce, même si l’emprunt arrive à terme.


Commentaires
Aucun commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies (ou autres traceurs) stockés par votre navigateur, qui nous permettent de vous proposer des offres et services personnalisés. En savoir plus