Selon la CAPEB, passer de 2000 à 1400 litres de fioul domestique par an, c'est possible !

Publié le par Guillaume Bort dans Fioul'Pratique : conseils & astuces

Cas pratique : Exemple de rénovation d’une « passoire thermique » : estimation des travaux d’urgence énergétique pouvant être pris en charge par l’Anah et estimation des économies d’énergie engendrées.

Le calcul suivant concerne :

  • Une maison construite avant 1975 en zone 2, c’est-à-dire dans le grand Ouest sous un climat atlantique ;
  • Maison de 90 m² où vit un couple de retraités disposant d’un revenu mensuel de 1 580 €
  • Chauffage et eau chaude sanitaire assurés par une chaudière fioul ;
  • Une consommation de 2 000 litres de fioul / an, représentant un budget annuel de 1 800 € (base décembre 2010).

Après une évaluation thermique de la maison, le constat est le suivant :

  • Fenêtres à remplacer ;
  • Mauvaise isolation des combles ;
  • Chaudière vétuste de 18 ans et ventilation des pièces inadaptée.

Ce type d’habitation représente 30 % du parc immobilier (sur le total des 31 millions de logements en France).

La première étape pour le professionnel est de définir un bouquet de travaux prioritaires dont le rendement immédiat permet un très bon retour sur investissement. Dans notre cas :

  • Remplacement de la chaudière par une chaudière à condensation fioul permettant 20 % d’économie de chauffage ;
  • Isolation des combles (fournitures et poses), permettant 15 % d’économie de chauffage.

Une fois réalisés, ces 2 lots de travaux ont permis de réduire de 35 % la consommation d’énergie annuelle pour le chauffage de la maison de l’eau chaude (soit 1 400 litres de fioul). On estime la réduction de la facture énergétique d’autant.

Source : CAPEB (Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment), 2011.


Commentaires
Aucun commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *