Menu

L’OPEP+ maintient ses quotas de réduction en avril, forte hausse du prix du pétrole

Publié le par Emmeline Guiragossian dans Actualité pétrole
pétrole OPEP

Crédit photo : Shutterstock / William Potter

Alors que les analystes s’attendaient à une hausse de la production des pays exportateurs de pétrole, l’OPEP+ a décidé de maintenir le même quota de réduction de sa production en avril.

L’OPEP+ décide de maintenir ses quotas de réduction de production et l’Arabie Saoudite ses efforts supplémentaires

Des rumeurs circulaient ces derniers jours sur une potentielle augmentation prochaine des quotas de production de pétrole de l’OPEP+. Pour rappel l’OPEP+ réunit les pays de l’Organisation des pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) et dix partenaires, dont la Russie. Mais à l’issue de la réunion de suivie mensuelle du groupe en début mars, les pays ont finalement décidé de maintenir leurs quotas de réductionSeuls la Russie et le Kazakhstan sont autorisés à augmenter à la marge leur production au mois d’avril. La Russie pourra augmenter son offre de 130 000 barils par jour et le Kazakhstan de 20 000 barils par jour.

Lors de la réunion le groupe a aussi souligné le bon respect des quotas des différents pays, notamment le Nigeria qui a compensé ses dépassements antérieurs.

Par ailleurs, l’Arabie Saoudite a proposé de poursuivre ses efforts de réduction supplémentaire, d’un million de barils par jour (mb/j). Décidé pour les mois de février et mars, le pays continuera de réduire de manière plus importante sa production en avril.

L’OPEP+ reste prudente concernant la situation actuelle et la reprise économique attendue pour cette année

Les pays exportateurs de pétrole et leurs partenaires restent prudents et préfèrent attendre les signes d’une véritable reprise économique pour revoir à la hausse ses quotas.

Car même si les campagnes de vaccination contre la Covid-19 s’accélèrent, le monde fait face à la circulation de variants, plus ou moins contagieux. De nombreux pays ont donc dû resserrer leurs mesures avec des couvre-feux, des confinements et des restrictions de déplacements. Toutes ces mesures ralentissent la reprise économique et la demande reste toujours faible, même si les analystes envisageaient une amélioration pas avant le deuxième semestre.

Quelles conséquences sur le pétrole et le prix du fioul ?

Suite à la réunion, le cours du Brent (référence du pétrole en Europe) qui évaluait aux alentours de 62 dollars le baril en début mars a bondit jusqu’à s’approcher de la barre des 70 dollars. Ce niveau n’avait pas été atteint depuis janvier 2020, avant la crise sanitaire.

Le prix du fioul qui évolue autour de 815 euros pour 1 000 litres devrait donc fortement augmenter ces prochains jours. Avec le retour du froid, nous vous conseillons de surveiller votre niveau de fioul et  commander rapidement si vous en avez besoin, avant que le prix remonte plus.


Commentaires
Aucun commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies (ou autres traceurs) stockés par votre navigateur, qui nous permettent de vous proposer des offres et services personnalisés. En savoir plus